|

La FIA admet une erreur de jugement envers Max Verstappen au Grand Prix d’Autriche

red and black f 1 race car on track during daytime

L’incident survenu lors du Grand Prix d’Autriche entre Max Verstappen et Lando Norris continue de faire parler. La Fédération Internationale de l’Automobile (FIA) a récemment admis qu’une sanction aurait dû être appliquée plus tôt dans la course, remettant en question les décisions prises sur le moment. Cette révélation soulève des interrogations sur l’application des règles en Formule 1 et les conséquences pour les pilotes impliqués.

La collision controversée entre Verstappen et Norris

Le 30 juin dernier, lors du 64ème tour du Grand Prix d’Autriche, Max Verstappen et Lando Norris sont entrés en collision au virage 3 alors qu’ils se battaient pour la tête de la course. Les commissaires ont jugé que Verstappen avait changé de trajectoire dans la zone de freinage, ce qui a conduit au contact.

Suite à cet incident, le pilote Red Bull s’est vu infliger une pénalité de 10 secondes et deux points de pénalité sur sa super-licence. Il a finalement terminé la course en cinquième position, tandis que Norris a dû abandonner, les deux pilotes ayant subi des crevaisons.

La conduite de Verstappen remise en question

Le comportement de Verstappen a été critiqué, notamment en raison d’une manœuvre antérieure dans la bataille où il avait déjà changé de trajectoire sous freinage. Cette pratique est mal vue dans le sport automobile et le patron de McLarenAndrea Stella, a reproché aux commissaires de ne pas avoir sanctionné ce type de conduite agressive de Verstappen depuis 2021, notamment lors de ses duels avec Lewis Hamilton.

Lors du Grand Prix de Grande-Bretagne suivant, les deux pilotes ont affirmé que l’incident était derrière eux. Cependant, le sujet a été abordé lors de la réunion des directeurs d’équipe.

La FIA reconnaît une erreur de jugement

Selon RacingNews365, le directeur de course de la FIA, Niels Wittich, a admis lors de cette réunion que le drapeau noir et blanc aurait dû être montré à Verstappen pour sa première manœuvre sous freinage. Ce drapeau sert d’avertissement au pilote, l’informant qu’une répétition de ce comportement pourrait entraîner une pénalité.

Cette admission de la FIA soulève des questions sur la cohérence de l’application des règles en Formule 1. Le drapeau noir et blanc avait notamment été utilisé lors du Grand Prix d’Italie 2019, lorsque Charles Leclerc avait poussé Lewis Hamilton hors de la piste dans un virage, le forçant à emprunter l’échappatoire.

L’aveu de la FIA concernant l’incident Verstappen-Norris met en lumière les défis auxquels sont confrontés les officiels de course pour prendre des décisions rapides et justes dans le feu de l’action. Il souligne également l’importance d’une application cohérente des règles pour maintenir l’intégrité et la sécurité du sport. Cette situation pourrait potentiellement influencer la manière dont les incidents similaires seront gérés à l’avenir, avec une vigilance accrue sur les changements de trajectoire sous freinage.

Publications similaires