|

Ferrari se penche sur sa faiblesse majeure pour viser le titre

La saison 2023 de Formule 1 bat son plein et Ferrari se positionne comme un sérieux prétendant au titre des constructeurs. Avec déjà deux victoires et cinq podiums à leur actif, dont une victoire de Charles Leclerc à Monaco, l’équipe italienne se place en deuxième position du championnat, à 49 points de Red Bull. Cependant, malgré ces résultats encourageants, le pilote monégasque pointe du doigt une faiblesse majeure de la SF-24 qui pourrait compromettre leurs chances de titre si elle n’est pas corrigée rapidement.

Une faiblesse identifiée dans les virages lents et longs

Charles Leclerc a révélé que la principale faiblesse de la SF-24 réside dans les virages longs et lents. Il cite notamment les difficultés rencontrées dans le premier secteur en Chine ou dans les virages 9 et 10 à Bahreïn. Le pilote Ferrari estime que c’est un domaine sur lequel l’équipe doit encore travailler pour améliorer les performances de la voiture.

Cette faiblesse est particulièrement handicapante sur certains circuits où ces types de virages sont prédominants. Elle peut coûter de précieux dixièmes de seconde à chaque tour, ce qui peut faire la différence en course face à une concurrence affûtée comme Red Bull.

Des détails qui font la différence

Si les virages lents et longs sont identifiés comme le principal point faible de la SF-24, Charles Leclerc souligne également l’importance de nombreux petits détails qui, mis bout à bout, peuvent faire la différence. Il précise qu’un nouveau package aérodynamique avec un peu plus d’appui et un peu moins de traînée ne suffira pas à combler l’écart avec la concurrence.

L’équipe doit donc se pencher sur chaque aspect de la voiture pour optimiser ses performances. Chaque détail compte, et c’est en travaillant sur l’ensemble de ces éléments que Ferrari pourra espérer réduire son déficit et se battre pour la victoire à chaque course.

Une équipe dans la course aux victoires

Malgré cette faiblesse identifiée, Charles Leclerc reste confiant dans les chances de Ferrari de se battre pour le titre cette saison. Il estime que l’équipe est fermement dans la course aux victoires et qu’elle peut presque réduire de moitié son déficit si elle réussit ses réglages.

Le pilote monégasque parle d’un déficit d’environ deux dixièmes et demi dans les pires scénarios, ce qui peut sembler peu, mais qui représente une marge importante en Formule 1 où chaque centième compte. En optimisant leur package, Ferrari pourrait déjà gagner un dixième, soit la moitié de l’écart avec la concurrence.

Un travail d’équipe pour viser le titre

Pour combler son retard et viser le titre, Ferrari devra donc travailler d’arrache-pied pour corriger sa faiblesse dans les virages lents et longs, tout en optimisant chaque détail de la voiture. C’est un véritable travail d’équipe qui attend les ingénieurs et les mécaniciens italiens.

Charles Leclerc, de son côté, devra continuer à tirer le meilleur de sa monoplace et à se battre pour chaque position sur la piste. Son talent et sa détermination seront des atouts précieux dans la quête du titre pour Ferrari.

Si l’équipe italienne veut l’emporter, elle devra impérativement corriger sa faiblesse majeure dans les virages lents et longs, tout en travaillant sur chaque détail de la voiture pour optimiser ses performances.

Avec un Charles Leclerc déterminé et talentueux au volant, Ferrari a toutes les cartes en main pour viser la victoire à chaque course et se battre jusqu’au bout pour le titre. Les prochains Grands Prix seront décisifs pour voir si l’équipe italienne parviendra à combler son retard et à détrôner Red Bull.

Publications similaires